KeyBuzz, l'actualité du point de vente connecté

KeyBuzz, l'actualité du point de vente connecté

Projets digitaux en magasin, quelle incidence sur le SI

Des parcours d’achats sans couture… C’est tout l’enjeu de la transformation du retail depuis une dizaine d’années. Cette transformation a engendré de profonds chantiers de refondation des systèmes d’information pour permettre aux enseignes de délivrer des services de commerce omnicanal. Désilotage des données, transversalité des process métier… ces projets sont coûteux à mettre en œuvre mais indispensables pour permettre la concrétisation de nouvelles expérience digitales en magasins.
Pour autant, les nouveaux ERP du commerce omnicanal doivent ils apporter une réponse à la totalité des cas d’usages pour des projets dont la réussite repose sur le test-and-learn, l’agilité et la vitesse de déploiement, sans porter préjudice aux fonctions essentielles du SI ?
Tout est question de curseur, considérons que dans 80% des cas la plateforme de commerce omnicanal apporte la solution aux projets d’amélioration de l’expérience en magasin. Lui demander de traiter les 20% restants, c’est prendre le risque de construire de gigantesques usines à gaz qui feront la fortune de vos partenaires techniques, mais est-ce vraiment la finalité ?
 
Le nombre de projets faisant appel au digital en magasin va continuer à progresser.
La mission du point de vente est amenée à évoluer pour devenir tout à la fois : un lieu d’achats bien entendu, mais aussi un point de retrait, un laboratoire de fabrication d’articles sur mesure, un showroom, un espace d’essayage et d’expérimentation, quand il n’est pas en train de devenir finalement le premier média de l’enseigne.
En parallèle de ces évolutions, les sources d’insatisfaction ou de frustrations des clients sur des services élémentaires sont légions : attente en caisse, indisponibilité des vendeurs, produits en rupture… ne sont-ils pas 1 sur 2 à estimer qu’ils feraient mieux que les directeurs de magasins eux même (cf. enquête OpinionWay / Keyneosoft de septembre 2016). Et leur niveau d’acceptation de ces irritants n’ira pas en s’améliorant.

Dans ce contexte, le digital en magasin s’exprime dans 3 configurations :
- Les applications d’assistant shopper, sur le mobile du client, avant, pendant, après son passage en point de vente. Des bouquets de services englobant le self-scanning et le self check-out en sont l’illustration.
- Les applications en libre-service : utilisées par le client en solo, ou avec l’assistance d’un vendeur, sur tous types d’écrans tactiles. Bornes d’extension de gamme, aide au choix, bornes facturation, boutons d’appel vendeur, configurateurs produits…
- Les applications à destination des vendeurs connectés : catalogue étendu, clientelling, consultation stocks, commandes web, gestion des nouveaux modes de livraison et de réservation, outils d’aide à la vente, merchandising.
Et rien n’interdit de penser que ces configurations vont interopérer…

Le point de vente connecté, carrefour de toutes les opportunités et de toutes les difficultés…
La mise en œuvre de ces différents cas d’usages se frotte à la dure réalité des contraintes du point de vente, et pas des moindres.

- Les problématiques de connectivité : que ce soit en filaire ou en WiFi, rares sont les magasins pouvant disposer d’une bande passante réseau en tout point de la surface de vente. Il en résulte deux difficultés :
- La capacité des solutions à gérer le mode offline
- La nécessité de prioriser l’accès aux ressources du SI aux fonctions critiques du magasin, à commencer par l’encaissement

- Les problématiques de déploiement, de supervision et de maintenance : assurer un maintien en conditions opérationnelle d’une application dans un réseau de plusieurs centaines de points de vente n’est pas la même chose que de réaliser une expérimentation sur 3 mois dans 5 magasins. Cela nécessite :
- Des outils MDM permettant de rationaliser les déploiements des nouvelles versions des application et d’administrer les devices en toute sécurité
- Des solutions de supervision permettant de monitorer les synchronisations des données et de faire remonter des KPI’s d’utilisation
- Des services de help-desk et de maintenance permettant de qualifier et traiter efficacement les incidents remontés par les responsables des points de vente

Pour toutes ces raisons le « cœur du réacteur » digital en magasin a longtemps été constitué par la caisse du point de vente. Il ne s’agit pas de remettre en cause la légitimité des solutions d’encaissement en place : elles concentrent une foultitude de de règles de gestion et de cas d’usage solidement éprouvés et issus de dizaines d’années d’investissement. Mais force est de constater qu’entre les différentes composantes du SI et les nouvelles thématiques à mettre en œuvre, il reste un « trou dans la raquette ».

Un middleware, pour fluidifier les processus et les échanges de données entre le SI back-end et les front offices magasins
Pour gérer – sans les remplacer – les interactions entre vos systèmes back-end (catalogue produits, images, prix, stocks, clients, fidélité, commandes, journaux de caisse…) et des applications front-offices contextualisées à chaque point de vente et à chaque device, la mise en place d’un middleware peut s’avérer très pertinente.
L’une des particularités d’un middleware dédié au magasin connecté est de la prise en compte du mode offline et de process gérant les données froides et des données chaudes, pour optimiser les synchronisations de données et réduire à l’essentiel les transactions en temps réel.

Depuis 10 ans, Keyneosoft concentre autour de KeyBuild les caractéristiques essentielles d’un middleware dédié au magasin connecté. C’est sur la base de ces fondations que nous concevons et développons nos solutions logicielles ou nos projets sur mesure qui vous permettront demain d’accélérer dans la réalisation de vos applications digitales en magasin.

L’intelligence artificielle au cœur du commerce de demain

000227902_5.jpg

Utiliser l'IA pour personnaliser le parcours du client pourrait être un vrai élément de valeur ajoutée pour les retailers. Selon un rapport de Boston Consulting Group (BCG), les enseignes qui ont mis en place des stratégies de personnalisation voient leurs ventes augmenter de 6 à 10%, soit deux à trois fois plus vite que les autres acteurs du retail. Selon Accenture, le taux de rentabilité pourrait également augmenter de 59% dans les secteurs du commerce de gros et de détail d'ici 2035.
Parmi les cas d’applications les plus souvent cités : la recommandation personnalisée, l’optimisation de la supply chain, la tarification dynamique contextulaisée.

KeyMeet.jpg

KeyMeet, pour dématérialiser l’appel vendeurs en magasin

La recherche de vendeurs disponibles constitue l’un des irritants majeurs des clients dans les grandes surfaces de vente. Pour y remédier, Keyneosoft a conçu la solution KeyMeet, permettant aux clients en magasin d’appeler directement à partir d’une borne, d’un bouton connecté ou de leur smartphone un vendeur disponible contacté via une application mobile. La solution, facilement paramétrable et administrable via un back-office magasin permet également d’accéder à différents indicateurs clés destinés à optimiser l’attente en point de vente. Une première expérimentation est actuellement en cours dans un hypermarché Auchan.

new_logo_blog_original.jpg

ASAP avec Bouygues Telecom

Afin d’accompagner les enseignes dans leurs projets de digitalisation des points de vente, Keyneosoft et Bouygues Telecom ont décidé de mettre en place un programme de partenariat baptisé ASAP : Assistant Shopping Apps Package. Par cette collaboration, Bouygues Telecom apportera aux clients de Keyneosoft la puissance de son réseau et son savoir-faire sur les problématiques de déploiement, administration MDM, help-desk et maintien en conditions opérationnelles sur les aspects hardware et software.

21150437_1575974695793939_6094115098924434422_n.jpg

Les KIDS sont de retour

Nouvelles tendances du marché, axes stratégiques et road map produits, évolutions de nos process et de notre organisation, intégration de nouveaux collaborateurs… toute l’équipe s’est mise au vert pour une journée le 31 août dernier pour ses Keyneosoft Impulsion Days. Au programme, sessions de travail et de brainstorming, identification de quickwins… , mais aussi compétition de Karting outdoor et cours de cuisine auprès d’un grand chef. Work hard, play hard !

DKBkV2uWsAIbyUK.jpg

Bilan sur Paris Retail Week

Plus de 100 rendez-vous one-to-one sur le stand Keyneosoft, autour de démonstrations de nos solutions digitales pour les points de vente : applications mobiles pour les forces de vente, dématérialisation de l’appel vendeur, borne d’extension de gamme. Une keynote autour du sujet de la tablette vendeur, avec le témoignage exclusif de notre client Caroll. 3 jours d’échanges et de prises de contact, qui ont permis à de nombreuses enseignes d’avancer sur leur problématique de magasin connecté. Et beaucoup de succès pour nos nouveaux goodies…

Bonnes ventes de fin d’année à tous,

    La Keyneo'team


Paris Retail Week : 3 questions à Keyneosoft

À l'occasion de la Paris Retail Week, qui se tiendra du 19 au 21 septembre à Paris, Alexandre Mayaud, répond à 3 questions quant à la présence de Keyneosoft sur le salon.

Capture.png

D'après vous, quelles sont les principales actualités, tendances et innovations de votre marché ?

L’équipement digital des forces de vente en magasin s’impose comme une tendance généralisée en 2017 ! A partir de ce constat, on note 3 tendances fortes à prendre en compte sur le marché du commerce connecté :

1. Tout devient mobile, instantané, personnalisé, connecté : pour le client mais aussi pour le vendeur. Il s’agit de rendre le vendeur « sachant » et mobile en point de vente, mais aussi de permettre aux clients de commander, interagir avec les produits, sa communauté, l’extérieur quand il veut et où qu’il soit.

2. Le nouveau rôle du vendeur, pivot de la relation client ! Il va interagir avec son client et personnaliser la relation, les offres… grâce à toutes les données collectées, grâce aux outils connectés !

3. La fluidité des parcours d’achat par la mise en place de solutions permettant d’adresser et de fluidifier les files d’attente en magasin : solutions de gestion de prise de rendez-vous, de virtualisation du ticket de file d’attente, le self-scanning, ou encore, le call vendeur.

Quelles sont les caractéristiques de votre solution et à qui s'adresse-t-elle ? 

Notre métier, c’est de connecter le point de vente et le digital. Keyneosoft est l’architecte du point de vente connecté. Nous sommes à la fois éditeur de solutions et intégrateur pour les personnaliser ou les connecter au SI de nos clients. Nos solutions de commerce digital et connecté en magasin s’adressent à la fois aux consommateurs ou aux vendeurs. Elles s’appuient sur notre middleware, Keybuild, dédié aux projets de commerce connecté en magasin. A noter que parce que chaque enseigne est différente (cible client, parcours d’achat et de vente), nous leur permettons de personnaliser l’interface de navigation.

Sur le salon, nous adresserons trois familles de besoin :

Le client connecté : C’est tout ce qui va permettre au client avant, pendant et après son passage en magasin, d’avoir une expérience d’achat plus fluide, plus facile, sans coutures. Nous adressons ces usages à travers des solutions comme le self-scanning, la dématérialisation de la file d’attente, l’appel d’un vendeur en magasin, la possibilité d’échanger en ligne avec un conseiller, la carte de fidélité dématérialisée ou encore le store locator. Nous proposons donc des « assistant shopping » dernière génération sur le smartphone des clients laissant une bonne place au Mcommerce, à la réalité augmentée et aux interactions mobiles contextualisées en magasin (beacons, pushs notifications..).

Le vendeur connecté : Ce qui va aider les forces de vente à être plus efficiente dans leur métier. Depuis sa tablette/phablette, et au côté de son client, le conseiller peut accéder à : un catalogue élargi, de l’information produits, aux stocks multi canaux, faire un devis, passer une commande, enrôler un client, l’encaisser, enrichir la fiche client ou le CRM.  C’est aussi un puissant outil pour réaliser des tâches de back office : gestion des rdv, réception des marchandises, édition d’étiquettes, réapprovisionnement, inventaires…

Commerce omnicanal : tout le lien entre le on et le offline, et la facilitation de l’achat et le retrait en point de vente. Cela passe notamment par la mise en place de solutions de click and collect magasin multi mode de retrait (point physique, lockers, camionnette de location ou la voiture du client…) ou par la possibilité pour des clients, sur des bornes ou écrans d’extension de gamme, d’accéder à un catalogue élargi en magasin.

Pour mettre en musique toutes ces solutions, nous pouvons nous appuyer sur notre middleware maison, Keybuild, qui permet de s’interfacer avec tout le back end du Système d’Information du magasin (caisses, fidélité, solution e-commerce) et d’exposer des services dédiés aux projets et contexte du magasin connecté.

Que représente l'événement Paris Retail Week pour votre activité ?

En tant que pionnier de la digitalisation des lieux de vente, nous nous devons d’être présents sur le salon ! C’est le grand évènement retail connecté français de l’année !

Les consommateurs sont encore adeptes des magasins physiques, ils ont besoin de relation et des conseils prodigués par les vendeurs. Cependant, nous vivons dans un monde 3.0 et les attentes des consommateurs évoluent. Il est donc essentiel que les points de vente s’adaptent à ses nouvelles attentes et modes de consommation. Chez Keyneosoft, nous transformons ces convictions en solutions, à découvrir sur Paris Retail Week ! 

 

Notre équipe vous attend du 19 au 21 septembre sur le stand K060 et pour notre conférence sur les applications mobiles pour vendeurs en magasin le mercredi 20 septembre à 10h00 en salle 9. 

 

Je prends rendez-vous sur le stand : 

Prénom, nom *
Prénom, nom
Je prends RDV le mardi 19
Le mercredi 20
Le jeudi 21

KeyBuzz, l'actualité du point de vente connecté

KeyBuzz, l'actualité du point de vente connecté

Chiche, on fait sauter la caisse ?

« No lines, no checkout – just grab and go ! »… Une vidéo de 2 minutes qui fait le tour du monde… et c’est un mur de plus de 40 ans qui s’apprête – enfin – à s’effondrer. Les esprits chagrins diront que, fidèle à son habitude, Amazon nous présente un concept futuriste à grands renforts de technologies dispendieuses, condamné à demeurer à l’état de flagship. Il n’empêche que le géant de Seattle appuie là où ça fait mal : en France, 1 consommateur sur 3 estime qu’il doit exister des solutions pour diminuer ou supprimer l’attente en caisse (Etude Keyneosoft / Opinion Way – septembre 2016). Donc, y a plus qu’à…
 
Aujourd’hui, de nouveaux parcours peuvent permettre de supprimer le passage en caisse.
D’abord, la disparition totale des caisses n’est pas pour demain : on aura toujours besoin d’un point service pour accueillir les paiements en liquide ou par chèque, pour désactiver les antivols, ou naturellement pour satisfaire les clients qui considèrent qu’un lien humain est important lors de l’étape du paiement.
Mais aujourd’hui, avec le mobile, le paiement n’est parfois plus qu’à un clic - pardon un « tap » - soit en rendant le client complètement autonome, soit en confiant au vendeur « connecté » cette tâche dans le prolongement de l’acte de vente.


Le paiement entre les mains du client : le self-scanning & check-out. La douchette revue et intégrée sous forme d’appli dans mon mobile. Des expérimentations ont déjà été menées dans de grandes enseignes alimentaires françaises, permettant ainsi au client d’accéder à une caisse paiement rapide. Mais avec l’arrivée de wallets intégrés au smartphone, on peut aisément concevoir de s’affranchir de ce dernier point de passage … et sortir du magasin en saluant le vigile tout en lui présentant un QR code de preuve de paiement, tout simplement…

 
L’encaissement opéré par le vendeur : à l’aide de sa tablette ou de son smartphone, la constitution d’un panier composé d’articles du magasin, du web, ou des deux à la fois (panier mixte) va se généraliser. Le montant du panier sera transmis à un TPE - à peine plus grand qu’une boite d’allumettes - dans la poche du vendeur, pour finalisation de la transaction par carte bancaire.
 

Au-delà du buzz « Amazon go », des technologies matures rendent ces nouveaux scénarios possibles.
La fiabilité de solutions de self-scanning mobile : que ce soit par scan EAN via la caméra ou par lecture NFC, le taux de reconnaissance est proche de 100%. De plus, s’agissant des solutions de self-scanning à destination des clients, elles sont assorties d’algorithmes paramétrables permettant à chaque enseigne ou point de vente de configurer ses propres règles de contrôle des paniers pour vérification.

L’arrivée à maturité de solutions de paiement ou d’encaissement mobile, avec des possibilités multiples :

- Des solutions à base de TPE externes (Ingenico, Adyen…), appairables à tous types de tablettes ou de smartphones.
- Des solutions dématérialisées comme Lyf Pay, issue de la fusion entre Wa et Fivory, et portée par des géants de la banque et du retail.
- Et des acteurs du paiement online, comme HiPay, permettant une tokenisation de la carte bancaire pour faciliter la reconnaissance du client dans un contexte omnicanal.

 
Reste le plus compliqué : faire simple… et vaincre les aprioris !
La simplicité d’utilisation : les briques technologiques sont là. Il faut maintenant les assembler et rendre invisibles toutes les coutures, pour une expérience utilisateur fluide et sécurisée. En clair, rendre l’usage le plus simple possible pour l’utilisateur final, et l’intégrer dans un parcours cohérent. Cela n’a rien de compliqué, c’est juste complexe… et l’affaire de nos meilleurs spécialistes techniques et UX.

L’adoption du changement : « chacun son job » rétorqueront tant les vendeurs que les clients. Si l’on se contente de convaincre une poignée d’early adopters pour que la mayonnaise prenne, il faudra des années. Charge aux enseignes d’imaginer et d’intégrer dans leur solution les bonnes incentives, le « cadeau Bonux », qui permettra à tout un chacun - client et vendeur - d’y trouver un bénéfice immédiat.

Walmart Scan & Go

Après une première expérience mitigée sur son réseau Sam’s Club, le géant américain lance sa nouvelle génération de l’application Scan & Go en test pour 4 hypermarchés. Disponible sous Google Play et App Store, elle permet de scanner soi-même les articles mis au panier et de procéder au paiement des achats via une carte de crédit embarquée dans l’app, en toute sécurité, via un code d’accès ou une reconnaissance d’empreintes.  Avis aux Carrefour, Auchan, Casino, Intermarché…nous on est prêts :)

Nouveau projet Micromania

Après avoir équipé ses 440 magasins de tablettes pour promouvoir l’extension de gamme, le leader français des jeux vidéo confie à Keyneosoft la réalisation de nouvelles applications permettant aux forces de vente de gagner en efficacité. Prochaine étape : la mise à disposition d’une solution de gestion documentaire, offrant à l’ensemble du réseau la possibilité de consulter facilement l’ensemble des informations utiles et nécessaires.

Déploiement de l'application tablette vendeur RougeGorge

Depuis le 19 juin 2017, une première version de l'application vendeur est déployée dans 12 magasins de l'enseigne. Celle-ci permet de consulter les différentes catégories de produit, le catalogue produits disponible en magasin ainsi que dans les magasins aux alentours et en entrepôt.
Une prochaine version permettant d'accéder à la partie client sera déployée pendant le mois d'août. Les vendeurs pourront ainsi accéder à leurs profils : mensurations, informations personnelles, fidélité, historique d'achat... L'application s'enrichit et le déploiement national approche ! 

Workshop « applis vendeurs en magasins »

Echange fructueux et convivial avec 15 représentants de grandes enseignes de distribution, autour de quelques pizzas. Au menu : comment réussir un projet d’application mobile pour les forces de vente en magasin. 4 questions structurantes abordées : le choix du device, les cas d’utilisation, le design UX/UI et l’architecture technique autour du middleware Keybuild pour gérer le mode offline… On se retrouve dans quelques mois pour partager nos retours d’expérience !

19, 20, 21 septembre… Save the date !

Paris Retail Week, rendez-vous incontournable du retail et du e-commerce. Comme tous les ans, Keyneosoft sera présent sur l’espace Digital in Store, stand K060. Nous vous attendons également à notre conférence le mercredi 20 septembre à 10h00 sur le thème des solutions digitales à destination des vendeurs en magasins.

COMMANDEZ VOTRE BADGE GRATUITEMENT

Bel été à tous :), 

La Keyneo'team


KeyBuzz, l'actualité du point de vente connecté

KeyBuzz, l'actualité du point de vente connecté

Le vendeur connecté, comment passer à l’action ?

Bonne nouvelle : on a enfin trouvé le chaînon manquant entre le digital et le magasin, et sans remplacer des vendeurs par des robots ! L’équipement digital des forces de vente en magasin s’impose comme une tendance généralisée du marché en 2017, pour des enseignes soucieuses de placer le conseiller de vente au cœur de la relation client et du passage à l’acte…omni-canal.
On apprend parfois en se trompant, mais toujours en marchant… à force d’expériences multiples, nous avons identifié 4 règles incontournables à prendre en compte pour proposer une expérience utilisateur satisfaisante pour vos vendeurs :


1. Les contraintes « domestiques ». D’abord, le choix du device : sa taille, son poids, son autonomie, la qualité d’affichage ou de la caméra... En fonction de l’étendue du point de vente et de la vocation de l’outil (transactionnelle versus inspirationnelle), l’on privilégiera un smartphone qui tient dans la poche du vendeur, ou une tablette posée sur le comptoir. Un lecteur laser 1D ou 2D ?... Oui, si usage intensif des fonctions back-office. Et au cas par cas, on examinera l’intérêt d'appairer un TPE mobile afin de fluidifier l’encaissement.

 
2. L’interface utilisateur. Soyons clairs, vos vendeurs n’ont pas attendus que vous leur mettiez ce nouvel outil entre les mains pour se familiariser avec l’utilisation du mobile. En terme de design et de praticité, leur standard de référence c’est Amazon, Instagram, Trip Advisor, Pokémon Go, ou Tinder…alors vous voilà prévenus, oubliez la navigation web, et lâchez-vous : raisonnez mobile first et « tinderisez » vos interfaces ! Réfléchissez au parcours de vente de vos vendeurs pour choisir entre une interface sur-mesure, qui colle à vos besoins ou une interface standard. 

 
3. Les cas d’usages.  Une appli pour faire gagner du temps au vendeur, pas pour lui piquer son job… Présentation du catalogue, extension de gamme, consultation des stocks (ici, dans les magasins alentours, sur le web), clientelling, produits personnalisés, prise de commande… sont autant de services à ROI évident. Et comme ce qui ne se mesure pas ne s’améliore pas, il n’est jamais trop tôt pour définir des KPI’s en amont pour chaque service proposé.


4. La capacité à répondre… en une fraction de seconde. Quelle enseigne peut à la fois se prévaloir d’une disponibilité en temps réel de toutes les données de son système d’information, et promettre une accessibilité réseau sans faille en tout point du magasin ? Le traitement différencié des données chaudes et froides, la gestion du mode off-line, l’anticipation de la montée en charge sur plusieurs centaines de magasins sont des exigences à intégrer dès la conception technique. La mise en place d’un middleware et d’une solution à base d’applications mobiles natives permettent d’apporter cette fluidité tant attendue par les vendeurs. Et ce, sans vous lancer dans un chantier coûteux de modification de votre infrastructure wifi en magasin. 
 

Parce qu’un seul maillon faible est susceptible de gripper toute la chaîne, notre valeur ajoutée de spécialiste du magasin connecté depuis 2007 consiste à combiner pour vous nos expertises UX, métier et architecture de SI, et de solliciter au sein de notre écosystème les meilleurs partenaires pour construire et exploiter une solution cohérente de bout en bout.

Bientôt 8000 vendeurs connectés chez John Lewis.

La chaine britannique aux 46 magasins, toujours à la pointe du digital fait un pas de plus vers l’omnicanalité, en investissant 4 millions de livres dans l’intégration de la technologie mobile en magasin, permettant au personnel de répondre aux questions des clients sur les produits, d’interroger le stock ou de passer des commandes à l’aide d’une application iPhone.

La solution, conçue et développée par les équipes IT de l’enseigne, a été testée pendant 5 mois dans le magasin de Cambridge. « À mesure que les mondes en ligne et physiques se réunissent de plus en plus, cette initiative, qui constitue la base de notre stratégie numérique pour les magasins, aidera nos partenaires à offrir un service client exceptionnel dans un monde numérique », a déclaré Craig Inglis, directeur relation client de John Lewis.
 

Source Internet Retaling – mars 2017

 

Nouveau budget : Keyneosoft équipe les conseillères Rougegorge

L’enseigne de lingerie Rougegorge a fait le choix de la solution Keyneosoft pour équiper ses forces de vente. A terme, les vendeuses des 300 boutiques devraient être équipées d’une application accessible via une phablette, permettant d’accéder à l’ensemble des références du catalogue, de consulter les disponibilités des articles dans les magasins alentours ou sur le stock web et de passer commande. L’application sera également un relai majeur de la relation client, permettant de consulter une l’historique de commande, d’enrichir la connaissance client, ou de créer un compte fidélité.


 

Premiers retours d’expérience de la tablette vendeur

En service dans 4 boutiques depuis le mois de décembre, la tablette d’aide à la vente Caroll va être déployée dans 100 nouveaux points de vente à partir du mois de mai. Permettant d’accéder à l’intégralité du catalogue avec une forte dimension inspirationnelle, l’application, réalisée par Keyneosoft,  facilite au quotidien le travail des conseillères et permet aux magasins d’augmenter leurs ventes.


 

Dématérialisation des achats textiles pour les magasins chez System U

La solution « salon virtuel » réalisée par Keyneosoft permet à la centrale d’achat de System U de dématérialiser les achats textiles pour les magasins, leur offrant la possibilité de visualiser les nouvelles collections, de réaliser leurs plans de merchandisinget de passer leurs commandes.
Avec une navigation à accès multiple (nomenclature, marques, historique de vente, plan merchandising…), la solution permet à l’ensemble des magasins de l’enseigne un gain de temps considérable dans la constitution de leurs collections et permet de déclencher un volume d’achat significatif de produits complémentaires.


 

Conférence « Key learnings de la NRF »


Suite à la participation de Keyneosoft au NRF retail’s big show de New York, plus de 50 enseignes de retail ont participé sur Paris et sur Lille à notre conférence « Key learnings NRF », en partenariat avec l’Institut du Commerce Connecté. Parmi les tendances observées : l’expérientiel au service du magasin physique, les pure-players champions de l’omnicanal, le machine learning à tous les niveaux de la chaîne de valeur, la customisation, l’évolution vers un commerce conversationnelle, les solutions de tracking en magasin…